Vie et mort d’une légende bigoudène – Pierre Pouchairet

 

L’histoire commence ainsi :

      Nous sommes une fois encore dans le Finistère Sud et nous retrouvons avec plaisir la commandant Léanne Vallauri de la PJ de Brest, chargée cette fois ci de résoudre le meurtre d’une ancienne star du rock vivant tranquillement  à Penmarc’h.

      Pierre Pouchairet nous embarque tambour battant dans une enquête qui, à première vue, n’a pas l’air simple, d’autant plus qu’elle se croise et s’entrechoque avec d’autres affaires tout aussi sordides.

      Heureusement le milieu du rock bigouden est loin d’être étranger à Léanne, ce qui lui permet d’évoluer sans encombre dans des lieux pouvant réveiller les mémoires.

 

      J’ai particulièrement aimé l’immersion sans complaisance dans la vie quotidienne de la PJ avec ses multiples services, ses indics, ses planques et sa chaotique et néanmoins efficace collaboration avec la gendarmerie. Coups de gueule, coups tordus et présence de la mort ne peuvent qu’influencer leur vie professionnelle ainsi que leur vie privée.

      Loin d’être écartée, la dimension psychologique souligne bien que ce ne sont pas des superhéros. Ils ont leurs faiblesses, leurs blessures, leurs envies et un mode de vie qui sans arrêt doit s’adapter aux événements.

      En ce qui concerne les scènes d’action, le stress engendré fait que l’on se croirait presque au cinéma. Sans aucun temps mort, les nerfs du lecteur sont mis à rude épreuve, la tension monte vite car l’auteur ne ménage pas ses troupes, loin de là.

Bien ancré dans le Finistère, la plongée dans ce polar de la série Les trois brestoises, a le mérite de faire oublier le temps qui passe.

 

A lire sans hésitation.

 

Odile D.