L’ange gardien   -   Jérôme Leroy

 

Quelques bribes de l’histoire :

« On veut tuer Berthet »

Pourquoi ? Qui est-il ? Qui veut le tuer ? Autant de questions sans réponses … Peu à peu les choses se précisent et tout naturellement Jérôme Leroy nous propulse dans un monde effrayant ou des tueurs à gages obéissent à une sorte de société secrète toute puissante : l’Unité.

Berthet est l’un d’entre eux, l’un des meilleurs si l’on en croit ses exploits exposés sans état d’âme. Mais ce sexagénaire est aussi un grand lecteur de poésie. Peut-être pour lui une soupape de sécurité…

 

Et Kardiatou ? Est-ce cet homme déroutant et dangereux qui va conduire le lecteur jusqu’à cette mystérieuse « arlésienne » aussi belle qu’invisible. C’est elle, sans nul doute, qui remplit sa vie. Il a deviné ses capacités et il l’admire. Il l’aide, sans qu’elle n’en sache rien, lorsqu’elle devient un jeune espoir de la politique.

 

Puis apparaît Martin Joubert, ancien prof de ZEP, ex PCF et maintenant écrivain en crise. Quel rôle va-t-il jouer ? Comment deux mondes aussi éloignés vont-ils se rencontrer ? Lui aussi aime la poésie, lui aussi connaît Kardiatou…

 

Ce que j’ai aimé : 

Des événements sanglants se déroulent à Lisbonne, mais ils n’auraient certainement pas pu se passer ailleurs tant la poésie qui se dégage des lieux rend réelle l’atmosphère de cette ville. A côté de ces atrocités, tous nos sens sont en éveil car la plume de Jérôme Leroy met à la portée de qui veut la saisir, l’essence même de Lisbonne. 

Ce qui surprend chez Berthet, c’est l’amour fou sans contrepartie qu’il éprouve pour Kardiatou et qui affleure tout au long d’un récit que cet homme, capable des pires choses, teinte de romantisme.

Malgré la mort qui rôde au détour de chaque page, la sensualité qui émane des êtres rend cette œuvre très vivante. Rythmé par une musique que tout le monde peut entendre dans sa tête, c’est un roman noir, très critique envers le monde dans lequel nous vivons et terriblement efficace.

A lire absolument.

             

Jérôme Leroy est invité au festival Mauves en Noir les 23 et 24 avril 2016